Primaires, primaires, primaires (sur l’air de Paroles, paroles, paroles)

Cette chronique sur Blast se termine par la chanson « Le tourbillon de la vie ». Ce n’est pas celle qui m’est venue en premier, quoiqu’elle soit pertinente. Moi, j’ai pensé à cette chanson là, interprétée par Alain Delon et Dalida dont j’ai extrait les paroles ci-dessous.

Une parole encore
Paroles et paroles et paroles
Écoute-moi
Paroles et paroles et paroles
Je t’en prie
Paroles et paroles et paroles
Je te jure
Paroles et paroles et paroles et paroles et paroles
Et encore des paroles que tu sèmes au vent.

Nous voilà bien lamentablement dans les paroles : une prestation de notre Jupiter, que je n’ai pas regardée, mais qui m’a semblé surjouée, pour ce que j’ai pu voir sur cette vidéo, un candidat communiste sans aucune chance qui lamine une militante historique, une « primaire populaire » bien bavarde pour le coup et qui se sent pousser de drôles d’ailes et dont le site fait état de soutiens qui me sont sympathiques, dont Denis Robert créateur de Blast en particulier,

Je m’en étonne et on me répond qu’il s’agit d’une vieille liste de soutiens et que, de toutes façons, il n’y a aucun contrôle sérieux des inscriptions. En gros, pour rire et gâcher les fêtes de fin d’année du candidat de l’Union populaire, j’aurais pu, si j’étais plus alerte informatiquement, m’inscrire sur le site de cette primaire populaire, sous le nom de Marilyn Mélenchon (c’est le nom de sa fille).

Les propositions de la primaire populaire sont ici :

https://www.pactedupouvoirdevivre.fr/publications/90-propositions-pour-le-pouvoi

Les solutions presque providentielles sorties d’on ne sait quel chapeau ne me disent rien. Sur Twitter on s’interroge sur une candidature Taubira salvatrice face au naufrage Hidalgo. Christiane ira-t-elle ? Je n’y crois toujours pas (même si elle « envisage la chose pourtant). Sa combativité a déjà souffert par le passé de la guerre présidentialo-égotiste.

Confronté à cette pataugeoire que choisir ? Assistera – t on à un record d’abstention et/ou de vote blanc ? Je ne suis pas constitutionnaliste mais quelle serait la légitimité d’un Président élu sur les résultats d’un scrutin à participation citoyenne dérisoire. La constitution dit simplement « Le Président de la République est élu à la majorité absolue des suffrages exprimés ». Pas de quorum minimal, donc. Mais le fait est là : même élu sur un tout petit socle de convaincus, sans véritable contre-pouvoir parlementaire, le Président fait à peu près ce qu’il veut. Ce quinquennat en aura sans doute été la plus belle illustration.

En sortir et se sentir redevenir citoyen : une résolution pour l’an qui vient ?