2022 : entre emmerdements et absurdie

Image
Dessin de Claude Ponti

Une semaine et déjà 2022 promet.

« Moi, je ne suis pas pour emmerder les Français, je peste toute la journée contre l’administration quand elle les bloque. Eh bien là, les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder ! Et donc on va continuer de le faire, jusqu’au bout. C’est ça, la stratégie », puis un peu plus loin « « Quand ma liberté vient menacer celle des autres, je deviens un irresponsable. Un irresponsable n’est plus un citoyen », déclare le Président à un panel d’intervieweurs.euses sélectionné(e)s par le journal Le Parisien. En pleine discussion du projet de loi introduisant le pass vaccinal, la phrase a fait mouche : au Parlement, on s’insurge, on s’invective – « un président ne devrait pas dire ça » (ou pas comme ça)-, on « stratégise » derrière les rideaux pour ralentir les débats … et on y arrive.

En face, rien de très nouveau, la majorité rame pour justifier les sorties présidentielles, témoin cet aveu curieux d’Aurore Bergé : « Normalement cette interview d’Emmanuel Macron programmée aujourd’hui n’aurait pas dû sortir pendant le débat PassVaccinal puisqu’on aurait dû voter hier ».

Je peine à ne pas éclater de rire : il aurait été loisible au Président de demander au journal de retarder la publication de la chose ou de l’amender plus qu’il ne l’a fait (très à la marge si j’ai bien saisi), à écouter ici (si vous avez la patience) :

https://www.france.tv/france-5/c-a-vous/c-a-vous-saison-13/2986871-invites-david-doukhan-olivier-beaumont-et-thierry-breton.html

Le journal tempère sur RTL : « Dans notre panel, il y avait deux professionnelles de santé, une infirmière et une cadre qui travaille dans les Ehpad. Ces soignantes sont arrivées à l’Élysée exsangues, épuisées par deux ans de crise. Cette fatigue, elles l’ont exprimée devant le Président de la République et elles lui ont fait part de leur impatience vis-à-vis de ceux qui refusent de se faire vacciner ». C’est à ce moment là qu’Emmanuel Macron aurait eu cette phrase sur « emmerder les non-vaccinés ».

Il n’y aurait donc pas de quoi fouetter un chat, c’était une réaction cash et spontanée face à des personnes exténuées. Une journaliste de l’émission C à vous, voir la vidéo citée plus haut à partir de 15’05, s’est cependant intéressée aux 7 intervieweurs.euses du Président. Il en ressort que les intéressé.e.s avaient de nombreux intérêts communs, en particulier autour d’Emmanuel Macron, que l’une d’entre iels avait travaillé pour un homme politique ayant soutenu Emmanuel Macron et qu’un des « intervieweurs » d’un jour était lui dans un environnement familial très « pro-macron »…

Cela suffit-il à disqualifier l’exercice présidentiel ? Sans doute pas, mais il confirme, s’il en était encore besoin, que l’on finit toujours par tomber du côté où l’on penche et notre Jupiter ne nous a guère épargnés sur ce point depuis le début de son mandat. Après « les gens qui ne sont rien » et son semblant de mea culpa ; les « Gaulois réfractaires » et son semblant de mea culpa ; le « pognon de dingue » et son semblant de mea culpa ; le « je traverse la rue » … et les déclarations larmoyantes sur son « j’ai appris à aimer les français » (il faudra lui dire un jour qu’il est vraiment piètre acteur), nous le revoilà tout fringant dans la provocation.

A- t – il véritablement pris un risque ? Aucunement, la plupart de ceux qui s’insurgent n’aurait pas voté pour lui … Mais qui aime bien châtie bien et puis .. une petite brutalité de temps à autre distrait … de bien des choses.

A vrai dire, la petite sortie sur la citoyenneté me chiffonne davantage. Et je suis d’accord (moins avec le reste) avec le journaliste Patrick Cohen pour dire qu’en l’occurrence Jupiter semble confondre (à dessein ?) citoyenneté et civisme, la première englobant certes le second mais se traduisant aussi par certaines prérogatives, dont … le droit de vote. Pour ceux que cela intéresse, un petit instantané de la citoyenneté aujourd’hui : https://www.franceculture.fr/emissions/hashtag/quest-ce-quetre-citoyen-aujourdhui

S’acheminerait-on sous couvert de cette petite phrase vers l’institution d’une forme de crédit social à la chinoise par le biais du pass vaccinal ? Je pose ça là sans jugement.

En attendant, je suis plus que dubitative, et je ne suis pas la seule, sur les mesures prises pour enrayer la pandémie et sur la hausse exponentielle des contaminations.

Sur le premier point je suis assez raccord avec le point de vue exprimé ici :

http://noslendemains.fr/restrictions-anti-omicron-en-absurdistan-le-parti-den-rire-recrute/

Sur le second, observant, outre la réduction de leur durée de validité, que les tests, devenus payants pour les personnes majeures non vaccinées et sans ordonnance, représentent un sacré budget – 44 € minimum pour un test PCR, 22 € pour un test antigénique et 12,90 € pour un auto test -, à quoi s’ajoute le fait que le « vaccin » n’évite pas d’être contaminé ou contaminant, je me demande, dans le contexte d’une population cible majoritairement vaccinée, si le sombrero dont on coiffe les non-vaccinés n’est pas un peu grand (pour ceux qui se demanderaient : je suis vaccinée 3 doses). Par ailleurs, la pénurie de tests à court terme n’ayant rien d’une hypothèse d’école, quel nouveau discours va-t-on nous sortir du chapeau ?

Certaines déclarations du ministre de la santé lors de la discussion parlementaire ne sont pas sans inquiéter, sachant que, jusqu’ici, ce Gouvernement en matière sanitaire s’est souvent déjugé.

Ainsi, « nous n’envisageons évidemment pas d’empêcher l’accès aux soins des personnes non-vaccinées, même si de plus de Français s’interrogent sur ce que la collectivité doit consentir au bénéfice de celles et ceux qui refusent le vaccin » a déclaré Olivier Véran, oubliant au passage la destruction méthodique de l’hôpital public initiée via l’introduction de la T2A, chère à son patron J. Castex, responsable autant sinon plus que le virus du burnout soignant actuel et de l’absence suffisante de lits et de personnel.

Le tri des patients étant enclenché dans certains centres hospitaliers, cette étrange tribune d’un pourtant défenseur de l’hôpital public, lui donnera-t-elle des gages ?

https://www.lemonde.fr/planete/article/2022/01/02/covid-19-les-non-vaccines-devraient-pouvoir-dire-s-ils-souhaitent-ou-non-etre-reanimes-estime-le-professeur-grimaldi_6107912_3244.html

Fallait-il lancer ce débat et, si oui, en ces termes ?

Qui emmerde qui ? s’interrogeait G. Attal. Il y aurait, en matière d’échanges de balles, de quoi remonter aux origines du tournoi de Roland Garros.

Je n’ai jamais été subjuguée (c’est peu de le dire) par les qualités humaines de notre Président mais force est de lui reconnaître ce talent particulier de brouiller l’écoute (tant qu’à être vulgaire …les amateurs de contrepèterie comprendront).

Dans le même temps (sic) :

– l’absurdie n’est pas l’apanage de la politique sanitaire française : https://www.ouest-france.fr/economie/entreprises/lufthansa/la-compagnie-lufthansa-devra-effectuer-18-000-vols-presque-a-vide-pour-conserver-ses-creneaux-7576305 ;

-les consommateurs, vaccinés complets (et pourvus d’un masque FFP2 si possible) pourront s’étourdir en s’agglutinant devant les étals … au risque de se contaminer tant la « protection vaccinale » conduit souvent à baisser la garde sur les gestes barrières (n’est-ce pas M. Castex ?) : https://actu.fr/economie/date-duree-regles-sanitaires-tout-savoir-sur-les-soldes-d-hiver-2022_47688417.html;

Quant aux migrants, en pleine surenchère anti-immigration, peu de chances que leur situation change au cours de la présidence française de l’UE.

file7j28ie64a7pmg283d0j.jpg?itok=LEonpyvn

2022, peut-être la fin de la pandémie mais sûrement pas celle des emmerdes.

2 commentaires sur “2022 : entre emmerdements et absurdie

  1. texte parfaitement
    croustillant à souhait! merci Sylvie et mes meilleurs voeux pour cette année 22 qui risque bien d’être la plus folle des années folles .
    Jean Yves

    J’aime

  2. Il y a pas très longtemps Alain Souchon chantait : il faut voir comme on nous parle/comme on nous parle!
    Je ne suis pas sûre du tout d’aller voter. Je n’entends aucun candidat tenir un discours courtois et généreux.

    J’aime

Les commentaires sont fermés.